Collection Artem 2020 : exposition et lauréat·es 

 

Rémy Pommeret, Eva Pruciewicz et Marlène Simon sont les lauréat.e.s de l’édition 2020 !

Informations et catalogue : collection-artem.ensad-nancy.eu

Collection Artem est la première collection publique créée par une école d’art en France avec des œuvres de ses étudiant·es, à l’École nationale supérieure d’art et design de Nancy. Chaque année depuis 2017, trois ou quatre œuvres sont acquises par l’école.

Le 1er février 2020, pour la 4e année consécutive, l’Ensad Nancy va acquérir trois œuvres pour la Collection Artem parmi celles de Victoria Clemens, Anna Coulet, Garance Henry, Rémy Pommeret, Eva Pruciewicz, Marlène Simon, Marie Tralci et Armelle Tulunda. La commission d’acquisition est composée de Armand Behar, artiste et directeur adjoint du Centre de recherche en design de l’ENSCI Les Ateliers et Leïla Simon , critique d’art et commissaire d’exposition indépendante.

En 2019-2020, l’atelier curatorial Collection Artem est constitué de Élise Deubel, Manon Nicolay, Carla-Marie Savaris, Florian Tabouret (Ensad Nancy), Baptiste Dupuis, Cécile Lemaître, Carole Muller (ICN Business School), Orégane Bulou, Marie-Laure Chavazas (Mines Nancy).

Créé et dirigé par Thierry Fournier et Jean-François Robardet, artistes et curateurs indépendants, le projet Collection Artem vise à soutenir les travaux des jeunes artistes dès leur début de carrière, inscrire l’action de l’école dans la durée, tout en constituant un fonds d’œuvres à long terme. Il introduit au sein de l’école d’art une réflexion critique et un débat sur les mécanismes de soutien auxquels les jeunes artistes seront confronté·es ultérieurement. Il se déploie dans le cadre de l’alliance Artem, organisation spécifique à Nancy qui réunit l’école d’art, l’école des Mines et l’école de commerce ICN Business School.

La constitution de la collection se déroule chaque année en trois étapes, menées par l’atelier de recherche et création Collection Artem dirigé par les deux artistes et réunissant une dizaine d’étudiant·es des trois écoles (ENSAD Nancy, Mines, ICN). L’ensemble du groupe se partage tout le processus : il s’agit d’une pédagogie par l’immersion dans un groupe ou chacun·e est considéré·e comme légitime pour participer activement à l’ensemble du projet.

D’une manière plus générale, Collection Artem suscite un ensemble de débats, habituellement peu fréquents dans une école d’art. Tout d’abord au sein de l’atelier de recherche, où le commissariat est mené collectivement par les coordinateurs et les étudiant·es, ce qui n’est pas simple mais conduit chacun·e à échanger de manière approfondie et en dehors de ses codes habituels. Il s’agit aussi de concevoir une exposition non pas comme une sélection d’œuvres en regard d’une direction ou d’un thème, mais comme un espace commun permettant une cohabitation équilibrée entre des œuvres choisies individuellement, afin que chacune dispose de conditions équitables et optimales.

Le déploiement d’un tel projet au sein d’une école d’art provoque au sein de sa communauté un ensemble de réflexions et d’échanges sur l’exposabilité des œuvres, leur valeur et leur conservation, la possible agentivité des expositions, l’économie de l’art, etc. Au-delà du soutien aux artistes et de sa vocation pédagogique, l’enjeu de Collection Artem est donc aussi politique, en posant des questions sur les relations entre une école d’art et le monde.