As loud as possible

La langue française n’offre pas d’adjectif tout à fait équivalent au « loud » anglais, qu’on pourrait définir comme caractérisant à la fois une puissance et une nuisance sonore, désignant des sons gênants, pénibles, invasifs, venant perturber la tranquillité de l’entendre et du comprendre. À condition que soit fait l’effort de dépasser nos premiers réflexes de rejet, le « bruit à haut volume » comme matériel de création sonore radical permet l’émergence de nombreux possibles : physicalité du son, liberté dans le jeu collectif, émergence d’une situation, manifestation et distorsions de l’espace, du temps, des objets donnés à entendre et à voir.

À l’occasion de la fin de ce premier semestre, les étudiant-e-s vous proposeront, sous la forme d’une série de performances variées, une restitution des travaux et réflexions engagés tout au long de leur exploration des puissances du sonore.