Théorie des tables

http://printempsdeseptembre.com/fr

Salut Olivier, où veux-tu en venir ?
j’ai photographié pour toi ce palmier à cinq heures
Emmanuel Hocquard, Théorie des tables

Théorie des Tables est ici une (une seule) table, sur laquelle se succèdent 23 propositions (autant que de déjeuners au restaurant universitaire de l’Arsenal pendant la durée du festival). Cette table réservée à l’école offshore (Shanghai) est aussi bien tour à tour le socle d’un objet, le support d’une image, le plateau d’une installation, la scène d’une performance, le temps d’une lecture, l’espace d’une écoute, le prétexte d’une discussion ou encore simplement l’occasion d’un repas. Cette théorie est aussi un protocole qui fait jouer simultanément la disparition (les oeuvres n’imposant pas nécessairement leur statut) et l’apparition (qui suppose toujours une communauté interprétative). Saisis par ce double impératif (la ruse est omniprésente), les propositions artistiques rencontrées à l’improviste et par inadvertance à l’heure du déjeuner se trouvent connectées autrement que par la grammaire de l’exposition. Ces connections jettent un jour différent sur un certain nombre d’énigmes, ou de secrets en rapport avec les questions d’interopérabilité, de réseaux sociaux et de cryptographie. 
avec :  Pierre Akrich, Claire Baldek, Tanguy Beurdeley, Anna Broujean, Clément Caignart, Nicolas Carrier & Marie Ouazzani, Sophie Chérot, Etienne Cliquet, Arthur Debert, Hélène Deléan, Deyi Studio, Chloé Elmaleh, Romaric Hardy, Pierre Larive, Li Siyi, Axel Roy.

Sur une proposition de Paul Devautour dans le cadre de l’École offshore, programme de recherche « création et mondialisation » de l’École nationale supérieure d’art et de design de Nancy. L’école offshore réunit à Shanghai de jeunes artistes diplômés des écoles d’art françaises pour une année d’étude post-master autour de l’observation des mutations culturelles liées à la mondialisation.

Feng Zikai (1898-1975), "Observe le jeu mais ne dit rien" (détail), 1947 © Ancienne maison Feng Zikai Shanghai
Feng Zikai (1898-1975), « Observe le jeu mais ne dit rien » (détail), 1947
© Ancienne maison Feng Zikai Shanghai