La peau des choses ou l'aspirateur et le cosmos

Ça commence cet automne !

Rendez-vous à partir du 15 octobre 
Campus Artem – 
La peau des choses ou l’aspirateur et le cosmos

La peau des choses ou l’aspirateur et le cosmos, c’est une surface de réparation, c’est une hétérotopie, un bureau de recyclage, un lieu de rendez-vous.
La peau des choses ou l’aspirateur et le cosmos ne se fait pas n’importe comment, mais peut être fait de n’importe quoi. Ce sont des habitudes, des rites, c’est le désir de revaloriser des usages collectifs.
La peau des choses ou l’aspirateur et le cosmos, 
c’est entrer dans la circulation d’une certaine subjectivité
La peau des choses ou l’aspirateur et le cosmos,
c’est manger un oeuf, réparer son vélo, aimer les abeilles, se servir de sa brosse pour cirer ses chaussures, faire la sieste, prendre un douche…
La peau des choses ou l’aspirateur et le cosmos,
c’est faire de l’art autrement 
c’est un jardin partagé, un marché d’occasion, un poulailler comme lieu de détente
c’est une meta sculpture
c’est un temps de négociation
c’est à la fois éternel et éphémère 
La peau des choses ou l’aspirateur et le cosmos
ça se passe sous nos pieds,
c’est ici et aussi ailleurs.

 

 

ROND_OR

© Franck Kirsch