the world's largest make believe ballroom

Finissage : Jeudi 9 avril à 18h
Improvisation de eRikm avec les disques conçus par les étudiants du workshop réalisé dans le cadre de l’exposition.

Vernissage : jeudi 12 mars à 18h
Concert : « Nout variations » avec Laurent Bruttin, clarinette basse, Etienne Bonhomme, traitements électroniques et Julien Sirjacq, diaporama.

The world’s largest make believe ballroom1 met l’accent sur les enjeux du disque dans l’art contemporain et l’histoire entretenue avec la modernité. En interrogeant les mécanismes de sa fabrication, de son appropriation et 
de sa diffusion comme support et surface gravée, ellipse de temps fixée, matière concrète, media et medium, etc… 
En proposant de partager un point de vue subjectif au travers d’une sélection d’œuvres, d’interventions d’auteurs et de musiciens. Les artistes choisis pour ce projet ont, à un moment donné, utilisé ou fait référence au support vinylique dans ses composantes : chimique ou alchimique, de la mémoire inscrite dans le sillon à sa surface irisée. Mais aussi l’image que l’objet renvoie comme plan de projection mentale, spectrale ou mécanique.  Du début du XIXe siècle, traversant tout le siècle passé, jusqu’à son retour depuis le début du troisième millénaire, le disque témoigne d’une vivacité et d’une multiplicité d’auras. De nouvelles complicités singulières 
avec l’art comme autant d’ellipses supplémentaires d’une ancienne révolution.

1 Traduction “le plus grand bal imaginaire du monde”. Titre de la première émission radio de Martin Block en 1935 qui donnait l’illusion que les auditeurs assistaient à un concert. 

Avec Philippe BAUDOUIN, Dominique BLAIS, Étienne BONHOMME, Pascal BROCCOLICHI, Laurent BRUTTIN, Charlotte CHARBONNEL, eRikm, Bertrand LAMARCHE, Rainier LERICOLAIS, Arnaud MAGUET, Jérôme PORET, Georgina STARR, Konstantin RAUDIVE, Julien SIRJACQ & THE BELLS ANGELS

Autour de l’exposition : 
Workshop
2 mars  12 mars
Montage et création d’un vinyle 

Conférences / projections
Lundi 2 mars à 12h30 – Grand amphithéâtre
Philippe Baudouin
La radio comme média occulte et les enregistrements phonographiques